Christophe Grandjacquet

Traumatisé crânien suite à un accident de la circulation en août 1983 (2 mois de coma); j’ai dû à l’époque construire le reste de ma vie seul avec volonté et détermination. Parvenu aujourd’hui à une vie de famille simple et équilibrée, j’ai choisi de rejoindre l’AFTC BFC en tant que grand témoin pour les familles et les cérébro-lésés.

Je parle et je pense couramment le traumatisme crânien, un handicap silencieux mais acquis.